Interview par le Bananier bleu

Le Bananier Bleu : Iguane Xtet est un peu le groupe de jazz underground de la Guadeloupe, mais présente enfin aujourd’hui son premier album, « Maagix ». Quelle a été la genèse de cet album ?

Iguane Xtet – Marc : Nous avons travaillé quatre jours dans le studio du groupe Nanm’ à Pointe-à-Pitre. C’était en octobre 2004, et Eric venait juste d’intégrer le groupe. Il a réussi un travail remarquable, après seulement quelques répétitions. Lors des deux dernières séances, Jacques [Schwarz-Bart – NDLR] est venu de New York pour poser un chorus sur « La Semaine ». Il a joué quatre ou cinq chorus et nous a demandé de choisir … Tout était bon !!! Le choix était vraiment difficile. Par la suite, il a également joué sur « Chaud / Froid ». La suite de l’enregistrement s’est déroulée en février 2005 au Local Studio en région Parisienne. Jonathan a enregistré ses parties et nous avons mis en place la balade « Pluie d’un Temps qu’étire La Lumière Dissoute ». Jonathan s’est adapté à notre son très rapidement. Là non plus le travail n’était pas aisé ; il n’avait joué que quelques fois avec nous, notamment au Festival des Saintes en 2004 avant de partir pour la métropole. Enfin, c’est au studio Solo de Petit-Bourg que nous avons réalisé quelque re-recording et enregistré « Son Tracé ». De longues soirées au studio à écouter et réécouter les morceaux…

LBB : D’où vient le nom de l’album ?

Iguane Xtet – Marc : « Maagix » est le titre d’un morceau que j’ai composé après avoir assisté à un concert de Magic Malik en 2004. Ce concert avait été énorme. Il y avait des morceaux où la basse, très présente, jouait des structures en boucles pendant que Malik déployait la mélodie. « Maagix » a été construit avant tout autour de la basse mais finalement, cela donne quelque chose qui n’a rien à voir avec la musique de Malik. Et pourquoi deux « A » à la suite ? Vous voudriez bien savoir, hein …

Iguane Xtet – Alain : En fait ça sonne mieux pour le nom d’un album. De façon générale, entre musiciens d’Iguane, on écoute beaucoup ce que font les autres, et cela nous inspire. Ce n’est pas tant la musique elle-même que les formes qu’elle adopte. Le titre « La Semaine » par exemple, est un clin d’œil au travail de Christian Laviso, de même que « After David », qui ne se trouve pas sur l’album mais que nous jouons lors de nos concerts, m’est venu en écoutant la musique de David Sanchez.

LBB : On vous connaît encore suffisament peu pour qu’il ne soit pas inutile de nous parler un peu plus de votre musique…

Iguane Xtet – Marc : On entend souvent dire à la fin de nos concerts que notre musique a une couleur particulière : la couleur Iguane. Cela doit venir du fait que notre démarche artistique est effectuée sans artifice et sans calcul prémédité. On ne se dit pas au préalable « On va faire un gwoka moderne, puis un jazz funk, etc… ». En répétition, on arrive avec des compositions et la couleur apparaît du fait du feeling des musiciens, donc de la culture et des influences musicales de chacun. Ce mélange, car on a tous des histoires musicales différentes, donne cette fusion fortement teintée Gwada. L’important, dans la musique, c’est que la démarche soit vraie. Il faut jouer ce que l’on ressent sans vouloir coller à des clichés ou à des tendances du moment. On produit une musique très Caraïbe mais on ne revendique rien. On fait la musique que l’on ressent, c’est tout … C’est peut-être ça, la caractéristique d’Iguane Xtet …

LBB : Vous avez créé la surprise sur la Place de la Victoire lors de votre participation au Festival de Jazz de Pointe-à-Pitre. Comment expliquez-vous ce succès soudain ?

Iguane Xtet – Marc : Ce concert a été un moment exceptionnel et inoubliable pour nous. Nous avions bien répété les jours précédents et je crois que nous avions une grande confiance en notre musique. Une fois sur scène, personne n’était stressé. Tout le monde se regardait et il y avait une réelle fusion entre nous. La musique coulait… Instant magique, voire Maagix !!!!! Et je crois que le public a ressenti tout cela.

Iguane Xtet – Alain : Oui. Le public voit les musiciens qui ont du plaisir à jouer ensemble. Et c’est le cas dans Iguane Xtet. La surprise est due également au fait que les musiciens qui sont là sont bons pour le style de musique que nous produisons, et que personne ne s’attendait vraiment à entendre une performance de ce niveau.

LBB : Quels sont les projets pour le groupe ?

Iguane Xtet – Alain : Jouer, jouer et jouer… Faire découvrir notre musique tout autour de nous en Guadeloupe, mais aussi hors de la Guadeloupe. Travailler encore à l’amélioration des performances live pour pouvoir, sait-on jamais, fouler les planches de grands festivals internationaux.

LBB : Merci à vous et bon vent !

a un commentaire to “Interview par le Bananier bleu”

Vous pouvez répondre ou lier cet article.

Répondre ou commenter

Votre adresse mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

HTML Snippets Powered By : XYZScripts.com
TOP